Les ohms nouveaux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 13 mai 2009

Interview des Dirty Bastards On Speed

Souvenez-vous, je vous avais causé des DBOS, à l'occasion du compte-rendu d'un concert Tanneriesque. Et comme ces derniers n'avaient point encore de site web, je me suis proposé tellement j'ai kiffé le groupe, tellement j'étais subjugué, tellement je voulais pas que le reste du monde découvre ce groupe par un merdspace qui n'allait surement pas tarder à voir le jour (et jusqu'à quand cela va t'il tenir, mystèèèère)...

Et pour ce site, il me manquait une présentation. Quoi de plus efficace comme présentation qu'une interview basique et rondement menée , Rien, de toute évidence allez-vous me répondre avec raison. Et bien soit.

Ce qui fût fait. Voici donc l'interview, "Les Dirty Bastards on Speed pour les nuls". Que vous retrouverez in extenso et in leur site web soon.


Les Ohms Nouveaux : On va donc enquiller les questions habituelles qui permettent de mieux cerner un groupe qu'on découvre... tout d'abord, les DBOS, pouvez-vous vous présenter ?

Rotten Sally :  Black Smith à la batterie, Le Punk à la guitare/chant, Rottensally à la basse. Le Punk a joué dans plusieurs groupes avant DBOS, dont Secret Advenger, (surf dijonnais ), en tant que batteur à l’époque. Black Smith, lui, à en parallèle un autre groupe de rock français qui s’intitule Over Take, quant à moi, Rotten Sally, je n’ai jamais joué dans aucun groupe avant DBOS, mes premières notes de basse sont nées avec ce groupe, exepté une brève apparition dans la reformation des Psychortics Reaction un an avant DBOS ; no comment !


LON : Les DBOS, ils font quoi comme zique ?

Le Punk : DBOS c’est du rock’n’roll brute de décoffrage et pis c’est tout ! Genre : Speed rock, influences american’punk 70’s : Stooges , Motorhead, Ramones, cramps, Peter Pan Speed Rock


LON : Comment s'est monté le groupe ? Vous pouvez nous faire un historique rapide ?

Le punk : je voulais monter mon groupe… et j’ai retrouvé mon vieux pote Romain, le meilleur batteur du monde, ensuite restait plus qu’a dénicher un bassiste, en fait une punkette a fait l’affaire : son coup de médiator cinglant fait plus mal a tes oreilles qu’une claque sur le cul mon pote! 

RottenSally : DBOS fait ses débuts et voit le jour en début d’année 2008 .

le punk : on a monté ce groupe pour faire suer à grosses gouttes nos instruments et vomir le meilleur du rock’n’roll partout où on ira jouer ; because it’s in our guets !!!


LON : Vos textes sont en anglais. Pourquoi diantre ? Une allergie au français ?

Le punk :
« si les textes sont en anglais c’est juste parceque pour ce genre musical, y a pas à chier, ça sonne carrément mieux dans cette langue ; eh! on est pas les Forbans : «  flip, flap claque dans tes doigts, lalalala…… !!!! »

LON : Et justement, vos textes, ils parlent de quoi ?

Rottensally : Pour répondre à ta question, trois mots : evil 666, sexe et picole ! charentaises et Drucker le samedi soir putain c’est trop la déprime, comment vous faites les gens ?!

LON : Et en bonus, la question Fluide Glacial : "Qu'est-ce qui vous fait rire ?"

Rottensally :
Fluide Glacial pour moi c’est no limit to laught , c’est pour cela que ce mag. a la place la plus convoitée de la maison : les W-C ; mdr en chiant ça l’fait grave, t’as qu’a essayer ! Ca fait rire aussi quand le Punk danse en calbut sur le zing du Deep Inside(café rock dijon) sous Surfin’bird en sifflant sa bouteille de Sky…et aussi quand le Dave des Skarekrows mange le macadam sans casser son verre de binouze un rien bourré et pis y en a plein d’autres des trucs bien cons quoi mais on s’rappel pas de tout, ah ! si : Little Kevin il me fait bien marrer aussi celui-là !!! allez salut !


lundi 16 février 2009

L'epopée de Zabriskie Point : l'interview de François à Konstroy (11 janvier 09)

Des Zabs Nouveaux

Côté symbolique
, ce qui serait pas mal, ce serait de commencer ce blog en parlant des Zabriskie Point.

"Assez pleuré, assez gémi
Assez de mouchoirs salis
J'ai trop perdu de temps
à penser au temps perdu
et il m'en reste encore un peu
pour inventer un troisième temps

Le mur est tombé ? nous le reconstruirons
Il n'y a plus d'air? nous respirerons autrement

nous serons des machines et nous saurons le blé
nous serons le pot de fer et le pot de terre
nous serons le fer et la terre
nous serons des hommes nouveaux"

(Zabriskie Point, 1997, in Des hommes nouveaux)


Les hasard fait souvent mal les choses ("le hasard fait bien les choses" est la plus grande imposture médiatique de la catégorie "lieu communs de merde") c'est un fait ; vendredi après midi par exemple, une fort charmante créature (dans mon environnement de travail n'importe quelle créature équipée d'une paire d'airbags de série est automatiquement qualifiée de fort charmante) s'est aventurée dans mes deux mètres carrés d'open space pour avoir un renseignement, et bien, comme par hasard, non seulement je n'avais pas la réponse à sa question mais en plus comme je m'étais pété un plombage en ingurgitant un infâme sandwich mal décongelé vendu par une mensongère "maison de qualité" une heure auparavant, je me suis montré infoutu d'articuler correctement et suis passé probablement pour le dernier des ahuris. Dans ton cul le hasard.
Le hasard n'a donc strictement rien à voir dans la suite, seule une chronologie judicieusement étudiée permis l'adéquation du contenu au contenant. Le le 11 janvier je participais à l'émission Konstroy (1) dont l'invité n'était autre que le golden palmé François Bégaudeau pour la préquelle de son oeuvre littéraire ; la discographie des Zabs.
Et de mon passage à l'émission, j'en suis pas super fier, en fait. Non camarade bolchevique, range ton typex et la photo de famille, je ne suis pas en train de faire mon auto-critique, pour ça il te faudra un guéridon, un bon médium, et mon cadavre. Non c'est juste que je me suis confronté à un exercice de style que je  croyais subtil et qui m'a finalement foutu mal à l'aise. Bon je vous la refait.
Quand Bibi (l'animateur star de Konstroy ;-)) a causé d'inviter François Bégaudeau, j'ai de suite proposé de faire un "contre-portrait" des Zab. Parce que les Zabs, c'est quand même le groupe qui fait l'unanimité... sauf. Et  ce "sauf" il est surtout présent chez les piliers de mon forum favori, Dynamite. Pour préparer l'émission j'ai donc fait une compile de critiques négatives. Et finalement je me suis retrouvé en porte-à-faux parce que, personnellement je suis fan de l'oeuvre des Zabs. Un des tous premiers textes que j'ai "publié" sur le net (sous mon pseudo actuel) fût un panégyrique du groupe (2) commis entre la sortie de "Paul" (ultime opus des zabs) et leur tournée d'adieu. Bref, le fan de base qui se fait l'avocat du diable, y'a de quoi passer pour un con. Je pense que j'ai. Mais je regrette ni le concept, ni l'avoir mis en pratique. Je regrette juste mes hésitations, et autres bafouillements médiocrement radiophoniques.
Cela dit, ce n'est pas parce que ma prestation fût assez pitoyable que le contenu intrinsèque fût indigent. Je pense que le résultat vaut vraiment le coup d'y jeter une oreille, la vision qu'à François du Punk rock, sa façon d'écrire les texte à l'aune du mot d'ordre de Sartre "penser contre soi-même", la description du milieu qui développe son propre "fascisme social" à d'attitudes obligées et de codes vestimentaires, etc.. l'interview est franchement intéressante.
On y apprend aussi, par Damien de la Guerilla Asso, la sortie prochaine d'un double-double CD reprenant la discographie complète des Zabs. Et la reformation prochaine d'Heyoka pour une série de concerts de soutien à l'occasion de la sortie d'une intégrale qui leur est consacrée.

Pour terminer, quelques morceaux choisis, et la totale...

"Est-ce qu'on est pas tous pour que les idées minoritaires essaiment un peu ?"


LON


"On se retrouve à développer le même fascisme social que n'importe quel blaireau"


LON


La définition du punk et du rock, et pourquoi les Zabs ont arrêté.


LON

Emission Konstroy du 11/01/09

LON


Et le bonus, la reprise de "L'éternel retour" par les Medef Inna Babylone que l'on aurait du écouter, mais comme je me suis mélangé les pinceaux au niveau de la numérotation des pistes du Tribute ("La dialectik des classes", compile qui n'a jamais vu le jour, mais dont on retrouve la plupart des morceaux sur le site des Zabs).


L'éternel retour

Medef inna Babylone - tribute to the Zab
LON


(1) tous les dimanches de 18 à 20h sur Fréquence Paris Plurielles
(2) Requiem pour un Zab, dans lequel j'écrivais : "A l'instar d’un Prévert, avec qui ils ont beaucoup plus de points communs qu'avec un Brassens par exemple, on étudiera Zabriskie Point à l'école."
http://pagesperso-orange.fr/parapet/punkaotique/divers/zabisded.html